Interview de l'équipe Championne de France de Nationale 3 !

  • L'interview croisée avec les membres de l'équipe est de sortie !

Interview : L’équipe #TeamEurope

Nul besoin de vous présenter, je pense que tout le club vous connaît ! Mais pour la forme je rappelle que l’équipe est composée de :

  • Laurent ORIBES alias Loulou (n°627)
  • Yann BRAGADO sans alias (n°547)
  • Daniel AMARAL alias Papi (n°762)
  • Julien SARFATI alias Ju (« le Braqueur ») (n°733)

 

Avant de revenir sur ce week-end (du 1er au 3 juin), Yann comment ces vétérans te surnomment-ils ?

Loulou : Excellente question car je n’ai même pas moi en tant que doyen de l’équipe la réponse !! Je serais curieux de savoir ce que va répondre Yann…

Par contre pour Dan je dirais « PAPI » ça me permet de ne pas me sentir isolé du groupe par mon âge et Ju ça serait depuis ce we le « BRAQUEUR » car il nous a fait la démonstration en direct de ce à quoi ressemble un véritable « HOLD UP » pour passer en finale !!!

Yann : Je n’ai pas le souvenir d'avoir eu un quelconque surnom pour l'instant. Et ça me va très bien !

 

Vous étiez à Vittel ce week-end (2 et 3 juin 2018) pour les play-off de National 3. Je rappelle que seul les premiers des poules étaient présents. Qu’est-ce que ça fait de faire partie de ce « gratin » ?

Loulou : Je me dis que l’on a la chance de pouvoir vivre cet évènement sportif d’une grande intensité sur 2 jours dans le meilleur des cas si l’on atteint les ½ finale et que l’on va partager des moments très forts en émotion avec des coéquipiers que l’on estime et avec qui on a réussi à faire ce qu’il fallait ensemble pour arriver jusqu’aux play-off !!!

Yann : Personnellement, et même pour toute l'équipe, je pense que le plus important était déjà de monter de division. Les play-offs n'étaient qu'un bonus. Mais le fait d’avoir des rencontres équilibrées à jouer dans le week-end, ça a boosté tout le monde.

Dan : Cela nous a fait plaisir ! On s’est dit aussi que toutes les équipes allaient être très fortes et qu’il y allait y avoir des matchs très accroché.

 

Etait-ce pour vous la première fois que vous participiez à une phase finale ?

Yann : Non, j'avais déjà fait des play-offs de Nationale 3 mais ça devait être il y a 5/6 ans. J'étais venu remplacer un joueur qui ne pouvait pas s'y rendre, et c'était d'ailleurs à cette compétition que j'avais battu mon premier numéro.

Dan : Pour ma part c’était la troisième fois : en 2005 avec la VGA en nationale une où on a fait vice-champion de France et une autre fois avec Charenton également pour l’accession à la nationale deux.

Loulou : Non c’est la 3 fois mais bien la première fois que j’ai pu arriver si loin dans la compétition (à 1 top spin du titre…) avec la certitude dès le départ que l’on n’irait pas loin mais j’ai gardé ce sentiment pour moi afin de ne pas démotiver mes coéquipiers.

Et je peux dire que c’est bien la première fois que j’ai assisté à autant de rencontres gagnées sur le fil du rasoir avec des matchs à couper le souffle…de la part de tous mes coéquipiers sans exception !!!

 

« Julien a terminé en beauté, notamment en nous sauvant de l'élimination le samedi soir » (Yann)

 

Qu’est-ce que vous vous êtes dit avant de démarrer la compétition ? Forcément le fait que Julien quitte l’équipe ça a dû jouer un peu.

Loulou : Je me suis dit ce serait les derniers matchs que l’on aura l’occasion de jouer tous les 4 ensemble ; notre présence à Vittel est le fruit de tous les matchs de championnat que l’on a fait ensemble en s’encourageant les uns les autres jusqu’au dernier point.

Il fallait donc apprécier à double titre ces dernières rencontres au sein de cette équipe de gagnants !!!

Yann : Rien de spécial. Comme j'ai dit précédemment, on prenait vraiment cette compétition comme un plus, sans pression et sans objectifs particulier, même si l'objectif est toujours de gagner.

Et oui pour Julien ça a forcément changé les choses ; il a terminé en beauté, notamment en nous sauvant de l'élimination le samedi soir en gagnant un match alors qu'il était mené 9/2 à la belle !

Dan : On était tous content de se retrouver une dernière fois tous ensemble pour livrer une belle bataille, on voulait se quitter sur une belle note.

 

 

Concernant les matchs comment gère-t-on ses efforts et son repos à ce niveau lorsqu’on espère jouer le samedi et le dimanche ?

Yann : Déjà il faut se coucher tôt le vendredi et samedi soir. Bien manger le matin, le midi et prendre des collations pendant les rencontres.

Après je pense que le plus difficile c'est de repartir dans une rencontre ou un match en étant froid, car on est un peu rouillé. Donc un bon échauffement avant chaque rencontre et chaque match est très important. Sinon, c'est difficile de gérer ses efforts, car il faut être à 100% pour chaque match.

Loulou : Pour ma part c’est pas d’alcool et pas de cigarette mais une bonne pizza quand même.  On ne peut pas supprimer tous les plaisirs…

Mais surtout éviter de se coucher trop tard et se lever au moins 3 heures avant le début de la compétition pour laisser le temps à son corps de se mettre en condition. Et bien entendu arriver suffisamment tôt avant le début de la compétition pour s’échauffer correctement.

Dan : Pour te dire franchement, on ne s’est pas du tout économiser, on a joué match après match car on ne savait pas vraiment quand cela pouvait s’arrêter. On l’a payé du coup en final physiquement.

 

 

Samedi vous avez joué contre l’Entente Saint Pierraise (35) et le Reims Olympique (51). Vous avez gagné le deux matchs 8-6 et pourtant l’évolution du score n’a pas été la même. Qu’est ce qui a fait la différence à chaque fois ?

Yann : Je pense que dans l'ensemble sur les 2 matchs on a gagné énormément de « belle », notamment contre Reims où on en gagne 5 !

Après sur Saint Pierraise, j'ai en tête 2 matchs qui ont peut-être fait basculer la rencontre, ceux de Dan et moi contre le défenseur 400, Capron. Dan est mené 2-0 assez sèchement, et il réussit à inverser la situation après des sets accrochés, et je sauve une balle de match à 1 set à 2.

Dans l'ensemble, je pense qu'on était plus soudé et qu'on avait plus envie que nos adversaires.

Dan : Pour une fois je ne vais pas dire les doubles, car dans les deux rencontres on a gagné seulement un double sur deux, mais plutôt l’envie de bien faire, l’envie de jouer, le fait d’être outsider nous a libéré, et nous a fait faire de beaux matchs.

Loulou : Je pense que l’on y a cru à chaque fois jusqu’au dernier moment sans jamais relâcher la pression. Et on sait très bien que n’importe lequel de nous 4 peut augmenter son niveau de jeu sur un match pour faire la différence et remporter la victoire.

Et quand l’un d’entre nous joue moins bien les autres sont là pour mettre le paquet et c’est ça aussi le sport d’équipe…

 

« Je pense que l’on y a cru à chaque fois jusqu’au dernier moment sans jamais relâcher la pression. » (Loulou)

 

Une question sur un joueur en particulier : Bodé KAYODE de Reims. Très solide (n°167), il a été l’arme principale de Reims, qu’est-ce qui dans son jeu vous a créé le plus de problème ?

Loulou : Pour moi aucun problème car je ne l’ai pas joué ;-)

Yann : Rien en particulier. Globalement, il fait les mêmes choses que d'autres joueurs un peu moins bien classés. C'est juste qu'il les fait mieux. Il y a donc moins de marge de manœuvre.

Dan : C’est un joueur très serein qui ne s’énerve pas du tout.

 

Dimanche, vous avez joué à 9h face à Gigean. Cette fois-ci vous avez mené 6-4 avant de gagner 8-5. Diriez-vous que c’était plus facile ? Qu’est ce qui a joué face à ces demi-finalistes (quand même) ?

Yann : Ce n'était pas plus facile en terme de niveau de jeu, mais on a eu constamment la rencontre en main en menant rapidement au score. Je les avais vu évoluer la veille car ils avaient éliminé mon ancienne équipe de la JSA (8-6).  Je les avais trouvés vraiment hargneux, limite insolent, et j'avais donc à cœur de venger mon ancienne équipe. Mais cette fois ci, peut-être le fait d'être mené toute la rencontre, ils ne sont jamais vraiment rentrés dans l’affrontement. Dommage.

Loulou : Un match n’est jamais facile et tant qu’on a pas les 8 points gagnés, rien n’est joué !!! C’est ça aussi la magie de ce sport. Tant qu’on n’a pas marqué le dernier point tout est possible.

Il n’y a qu’à regarder le « holp-up » de Ju, c’était tout simplement un finish de malade !!! Le niveau d’adrénaline était à son MAX !!!

 

Grande Finale à 13h45, on espère que vous n’avez pas mangé de McDo et que Yann tu as bien surveillé tes coéquipiers ! A quoi pense-ton lorsqu’on est en finale face au favori ?

Loulou : Il n’avait pas à nous surveiller dans la mesure où nous n’avions pas le temps de manger à l’extérieur et que la buvette avait été dévalisée donc presque plus rien à manger…

Lorsqu’on est en finale, très sincèrement c’était déjà inespéré, on pourrait être tenté de se dire et bien c’est déjà génial mais aussitôt on se dit que l’on n’a pas fait tout ce chemin pour perdre en finale et qu’il faut à tout prix gagner le titre…

Yann : Honnêtement, à la buvette, il n'y avait que de la mauvaise nourriture (merguez, frites etc), pas de pâtes ou de choses équilibrés. Ce qui a été pour moi, un des gros points noirs de l'organisation. Il fallait donc penser à se restaurer, mais pas trop pour ne pas être lourd.

C'était un match comme les autres, tout le monde était fatigué, mais je pense que l'équipe la plus en forme a remporté ce match.

 

En finale vous avez gagné les deux doubles, quelle a été la stratégie mise en place à ce moment ?

Yann : La même que d'habitude, les deux papys en double 1 et Julien et moi en 2. Étonnamment, nous avons remporté les 2 doubles 3-0. Ce qui pouvait être très important en cas d'égalité à la fin de la rencontre.

Loulou : C’est simple pour mon double avec Dany (on note le surnom au passage…) on s’était dit le vrai verdict c’est maintenant car on a beau formé un double fusionnel depuis plus de 10 ans avec de très belles victoires, mais là pour le coup on était tombé sur l’une des paires de double la plus forte que l’on ait eu l’occasion de rencontrer et comme d’habitude (ou presque…) on a été les plus forts !!!

Pour ce qui est du double de B avec Yann et Ju ce fût une belle surprise et peut-être un signe du destin pour nous dire : Et les gars la victoire n’est plus très loin, accrochez-vous à fond !!! 

 

« Ce fût un WE : intense, magique et INOUBLIABLE !!! » (Loulou)

 

Comment résumeriez-vous chacun ce week-end ?

Yann : Globalement, c'était un super week-end pour l'équipe, on ne s'attendait pas à aller aussi loin. On est toujours resté soudé et je pense que cela a fait une différence vis à vis des autres équipes.

Au niveau de l'organisation, c'était très bien, la salle était adaptée malgré une chaleur étouffante. Juste la nourriture n’étaient vraiment pas équilibrée, alors que c'était un week-end sportif.

Personnellement, je suis satisfait puisque je n'ai perdu que 2 matchs contre des joueurs vraiment mieux classés, même s’il y avait largement la place sur les 2.

Pour finir, je pense que nous avons finis cette année presque parfaitement. C'est très positif mentalement pour préparer au mieux une première phase qui s'annonce délicate la saison prochaine.  Et surtout pour Julien qui part la tête haute !

Loulou : Ce fût un WE : intense, magique et INOUBLIABLE !!!

J’ai aussi envie de finir en disant à mes coéquipiers, vous avez tous été énormes durant ce WE et que le sport en équipe décuple les émotions et les bons souvenirs car ils sont partagés…

Et je finirais par remercier tous les supporters qui nous ont soutenus durant cette saison en N3 et pendant les play-off ce WE

 

 

Merci d’avoir répondu à mes questions !

Merci pour ces grands moments cette année !

 

On attend les mots de Julien maintenant, ses derniers mots !